Wallon

Le wallon est est une langue d'oïl qui s'est développée à partir de latin vulgaire des soldats, marchands et colons entre les huitième et onzième siècles.
 
aire linguistique et dialectalisation: Le wallon central est parlé à Namur, Wavre et Dinant. Le wallon du Sud dans la région des ardennes, Marche et Neufchâteau, le wallon de l'ouest à Charleroi, Nivelles, et Philippeville. Le wallon de l'Est, le plus difficile à comprendre à partir des autres dialectes, est parlé à Liège, Malmedy, Verviers, Huy et Waremme. Jusqu'à récemment, il était parlé au Luxembourg. Il est ou était parlé dans le nord de la France, et à Green Bay, Wisconsin, USA (Ethnologue 2009).
 
I. Vitalité

Selon le livre rouge des langues en danger de l'Unesco, le wallon est une langue en danger.

 

Facteur 2: Nombre absolu de locuteurs
Selon Ethnologue (2009), il y avait 1.120.000 locuteurs du wallon en 1998, chiffre marquant un recul avec seulement 320.000 jeunes locuteurs et peu de monolingues. De 1.220.000 à 1.920.000 le comprendraient.
Le wallon a une littérature fournie et est utilisé dans les théatres, mais n'est pas utilisé dans les écoles.
 
Facteur 7: Politiques linguistiques institutionnelles et gouvernementales  (1. assimilation forcée)
 
La langue dominante, le français, est la seule langue officielle.

Le wallon fait partie des 23 langues régionales et minorisées, parlées sur le territoire français métropolitain et reconnues par la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLF).
 
Facteur 9: quantité et qualité de documentation
Il existe dictionnaires et grammaires.
 
II. Bibliographie

  • ...

 
... voir aussi la bibliographie des sites ressources sur les langues en danger et des travaux universitaires sur les langues en danger.